Inscription à la newsletter
7 journalistes
473 cafés
713 partages
283 commentaires
1779 likes
Trouvons des solutions ensemble sur le groupe Facebook

Jean-Claude, mon chez moi sur le trottoir

Avec une enfance digne des Misérables, dix ans de cabane et trente ans de rue, Jean-Claude n’a jamais pu jouir d’une véritable intimité. Bains-douches, toilettes publiques et amour en pleine rue, le grand-père du quartier Jaurès (XIXème arrondissement) à Paris a dû, comme beaucoup d’autres, s’adapter. Mais même sur le trottoir, on a besoin d’un coin à soi. Jean-Claude lui, n’a jamais bougé du sien et l’a même aménagé. Il est aujourd’hui une figure du quartier. Les riverains, il les a connus tout-petits et les a vus grandir. Et pour la majorité d’entre eux, Jean-Claude est ici chez lui.

Lire l'article
Suivez-nous sur Facebook

Leur chez eux, c’est le trottoir

Besoin de pisser ? Imaginez devoir payer une bière à chaque envie pressante. 
Envie de s’envoyer en l’air ? Vous avez le choix entre le bitume et la tente sur le boulevard.
C’est le retour des règles ? Il va falloir trouver du PQ ou des mouchoirs pour éviter au maximum les fuites.
Une bonne douche ? Il vous reste les fontaines publiques. 
Un petit somme ? Si vous êtes un homme, vous ne retrouverez pas votre sac demain matin. Et si vous êtes une femme, mieux vaut ne pas dormir du tout, vous avez plus d’une chance sur trois de vous faire violer. 
Vous tenez à votre petite cabane ? Ne la laissez pas sans surveillance, les agents de la voirie la raseront dès demain matin.



Lire sur Facebook
99 3 156
Suivez-nous sur Instagram

Dans la rue, il faut savoir protéger le peu que l’on a et Jean-Claude ne compte pas se laisser voler. « J’ai mon couteau et s’il est pas content, y a encore le hachoir ! » Comme pour montrer qu’il ne plaisante pas, il plonge alors sa main derrière le lit et en sort une lame de cinquante centimètres. Des fumeurs de crack aux réfugiés installés sous le métro aérien, la misère prend différentes formes dans le quartier. Personne ne se fait de cadeau. « Y a pas longtemps on m’a piqué mon portable, c’est le type qui tient la boutique de cigarettes électroniques en face qui me l’avait acheté. »
 © Benjamin Girette



Lire sur Instagram
0 39
SANS A_ - 2016 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - PROPULSÉ PAR LES LIGNES CLAIRES / MONSIEURNOURS - DA PAR K-ARACTERE